Blog

L’intervention de Jean Charles Marchiani dans l’affaire des moines

L’intervention de Jean Charles Marchiani dans l’affaire des moines

L’affaire des moines a fait la une de tous les journaux locaux dans les années 1996, années où s’est produit le drame, mais aussi des années plus tard lorsque les procès et les enquêtes ont repris. En effet, c’est une affaire difficile à démêler et qui dure encore jusqu’à aujourd’hui, de nouveaux rebondissements apparaissant à chaque fois. Jean Charles Marchiani est l’un de ceux qui ont activement participé à la libération des moines, même si à la fin, sa mission a été avortée suite à la demande du premier ministre.

L’intervention de Jean Charles Marchiani

Préfet Marchiani en fonction à l’heure des drames, Jean Charles Marchiani n’a cependant pas hésité à prendre part aux opérations de sauvetages des moines retenus par le GIA en Algérie en 1996. En effet, ce dernier avait des contacts en Algérie qui lui ont permis dans un premier temps de recueillir des informations sur l’enlèvement, mais plus tard de procéder à des négociations également. Le but du GIA dans cette manœuvre était de faire libérer des prisonniers retenus en Alger, mais également de faire reconnaître son mouvement par la France, sans doute par le biais de l’ambassade. Jean Charles Marchiani sachant pertinemment qu’il n’obtiendrait aucune coopération du gouvernement algérien a fait en sorte de trouver une alternative à la demande des djihadistes, notamment quelques sommes d’argent, dont la France s’est acquittée. Jean Charles Marchiani réussira également à obtenir la preuve que les moines sont encore vivants. Malheureusement, suite à la bourde d’un général en poste au sein de l’ambassade et à l’avortement de sa mission, Marchiani ne réussira pas à libérer les moines.

La presse, Alain Juppé et l’avortement de sa mission

Les négociations semblaient être en bonne voix, Jean-Charles Marchiani semblait avoir trouvé le moyen de contourner la première demande du GIA, jusqu’à ce qu’une fuite fasse son apparition. La taupe n’a pas été identifiée. C’est ainsi dans un journal, le Parisien, que l’on retrouve quelques lignes signalant l’intervention de Marchiani dans l’affaire. C’est par ce biais que le gouvernement se retrouve informé de l’affaire, surtout Alain Juppé, qui découvre, mécontent, que Marchiani participe encore une fois à son insu à une opération d’envergure internationale. Avec un conseil des ministres, il décide ainsi de désavouer Marchiani et de mettre fin à sa mission. Marchiani dans une interview avoue avoir été mis au courant de l’avortement de sa mission. Il a essayé de prévenir les responsables de ce qui pourrait bien arriver si cela arrive, mais ces derniers n’en ont pas tenu compte. Une dizaine de jours plus tard, les moines sont tués.

0


Add a Comment